Du Côté Nature                                                                                                                                                                                  

Pour nous aider à faire vivre ce site  

 LES HUILES ESSENTIELLES   
(cliquer sur les liens pour plus d'infos)  
AIL CYPRES   MARJOLAINE   ROMARIN 
ANETH   ENCENS   MENTHE PIN SYLVESTRE 
BASILIC   EUCALYPTUS   POIVREE   SANTAL BLANC 
CADE   FENOUIL   MUSCADE   SAUGE SCLAREE  
CAMOMILLE   CUMIN  NEROLI   THYM 
CORIANDRE   GENIEVRE (BAIE)  NIAOULI   VALERIANE 
CARDAMONE   GINGEMBRE   ORANGE DOUCE  VERVEINE
CEDRE   GIROFLE   ORIGAN   VETIVER  
CANELLE                             LAVANDE              PALMAROSA   VANILLE 
CITRON   MANDARINE ROSE   POIVRE NOIR  BOURBON 
CITRONNELLE       YLANG YLANG 

 

Les huiles essentielles sont des produits volatils sécrétés par certaines plantes et par quelques arbres. Elles sont très odorantes et le sont d'autant plus qu'elles sont plus volatiles. Leur odeur le plus souvent agréable. C'est pourquoi on en utilise beaucoup en parfumerie et dans l'alimentation.
On les appelle aussi les "essences" et ce sont elles, vraisemblablement, que Paracelse désignait sous le nom de "quintescences". 
On les recueille pour la plupart par entrainement à la vapeur d'eau. Cette distillation est suivie d'une condensation au cours de laquelle elle est pratiquement insoluble. Elle communique cependant à l'eau une partie de son odeur florale (eau de fleurs d'oranger par exemple).
Il y a bien sûr d'autres procédés d'extraction. Nous citerons à titre d'exemple "l'enfleurage", qui est utilisé pour les organes délicats, comme les pétales de roses. Il consiste à incorporer les pétales dans un corps gras (saindoux), dans lequel l'essence se dissout. On la sépare ensuite en dissolvant le corps gras dans un solvant organique dans lequel l'huile essentielle n'est pas soluble.
Les organes sécréteurs
Selon les espèces, elles sont secrétées par des cellules, des canaux ou des poils et ces éléments peuvent se trouver dans des organes très différents, selon les plantes qui portent. En voici quelques exemples :
Les fruits : 
Orange ou citron par ex. Qui n'a jamais pressé une peau (péricarpe) d'orange pour en faire jaillir l'essence ?
Les fleurs et les sommités fleuries :
Ce sont elles qui sont le plus souvent le réceptacle des essences (essence de rose, de lavande …)
Les racines :
Le vétyver
Le bois : 
Le camphrier 
Les feuilles :
Le laurier
L'écorce :
Le cannelier
L'huile essentielle peut être contenue en même temps dans plusieurs organes de la même plantes : c'est le cas du pin sylvestre par exemple, dont l'essence est secrétée à la fois par les feuilles (aiguilles) et par les bourgeons.
Les essences provenant d'organes différents de la même plante peuvent, tout en ayant la même composition, présenter des différences considérables dans la proportion de leurs constituants. 
Il est remarquable que grâce au principe de synergie, que nous expliquerons plus loin, et au nombre considérable de constituants qui entre dans la constitution d'une huile essentielle, les proportions entre ceux-ci peuvent varier de façon souvent considérable en fonction des conditions climatiques ou écologiques , dans lesquelles s'est développée la plante, sans que les propriétés ou l'activité de l'essence en soient modifiées.
Les huiles essentielles sont-elles des huiles de soleil ?
Les plantes à l'huiles essentielles sont largement répandues, mais les plus nombreuses et les plus riches en essences se trouvent dans les pays très ensoleillés, comme le pourtour de la Méditerranée : Midi de la France, Espagne, Italie, Turquie, Moyen-Orient, Afrique du Nord. Dans des régions encore plus chaudes comme Madagascar, le Sud-est Asiatique, les Iles du Pacifique, on trouve des arbres ou des arbustes très riches en essences, comme le canelier, le camphrier ou le giroflier.
Il existe sans conteste un lien de cause à effet entre l'intensité du soleil et la richesse des plantes en huiles essentielles.
On doit en conclure que l'énergie solaire à une large part dans l'étonnante concentration en principes actifs deces produits. Dans le végétal lui-même on ne sait pas encore très bien quel est leur rôle.
Il est probable que leurs propriétés bactéricides, agissant dans la plupart des micro-organismes, protègent leur hôte contre les différents parasites et champignons, dont le soleil favorise le développement. 
Des cadeaux merveilleux de la nature
Ces principes occupent vraiemnt une place exceptionnelle, non seulement dans l'arsenal thérapeutique, mais aussi dans les relations de l'homme avec la nature. Il les a utilisé de tous temps, d'abord comme parfums pour se parer ou se créer l'atmosphère des cérémonies religieuses, mais aussi pour lutter avec efficacité contre les grandes épidémies.
On en retrouve déjà la relation dans les inscriptions datant de 4 000 ans avant notre ère à propos d'une épidémie qui sévissait en Mésopotamie.
On les trouve toujours très largement associés à toute la production dela parfumerie de la cosmétique. 
On utilise aussi les essences en pharmacie et depuis peu on s'intéresse davantage à elles, sur le plan thérapeutique, parceque l'apparition de techniques d'analyse plus fines ont permis de se rendre compte de l'étonnante richesse de leur composition. On a déjà découvert, dans la plupart, plus de cents composants et il est probable que l'on en découvrira d'autres, si nos capacités d'analyses s'affinent encore.
L'action bactéricide des huiles essentielles
Elles ont l'énorme avantage sur les antibiotiques d'être actives non seulement sur les microbes, mais aussi sur les virus, les parasites et les champignons microscopiques (mycoses)
Usage des huiles essentielles
Les usages des huiles essentielles sont l'application de ce double mode d'action :
- Action bactéricide directe de contact
- Action sur la physiologie de l'organisme

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement