La douleur, principalement la douleur chronique, peut être réduite de manière significative par l’hypnose. Depuis des milliers d’années, l’auto-suggestion et les rituels de transe ont été des éléments importants dans le processus de guérison. Leur importance dans la psychothérapie, la médecine et la dentisterie modernes est de plus en plus reconnue.

Moins de médicaments grâce à l’auto-hypnose

Un état de relaxation profonde est possible avec l’hypnose et l’auto-hypnose. Dans un environnement chaleureux, accompagné d’images agréables, le bien-être est vite senti en même que la douleur se dissipe. Maux de dos, migraines, rhumatismes, n’importe quelle douleur peut être atténuée.

Avec l’auto-hypnose, un patient apprend à se mettre dans un état de relaxation profonde même en cas de crises, ce qui réduit considérablement la sensation de douleur. Ainsi, il peut renoncer de façon partielle et permanente à ses médicaments. La dose d’analgésiques pourrait être réduite de 60 %, celle des antidépresseurs de 63 % et celle des opiacés de 75 %.

Dans l’ensemble, les personnes qui ont testées cette méthode se sont considérablement améliorées, elles ont pu travailler normalement et ont pu de nouveau avoir une vie sociale stable.

Le succès de l’hypnose en psychothérapie est également connu. Elle est actuellement sollicitée lors des états d’anxiété, qui autrement étaient toujours traités avec des médicaments.

L’hypnose est-elle pour tout le monde ?

Plusieurs des septiques n’ont jamais eu une expérience de l’hypnose, et beaucoup se demandent s’ils peuvent vraiment être hypnotisés. D’autres également n’ont pas envie de l’essayer à cause de l’image véhiculée par les médias : des patients transformés en êtres apparemment sans volonté. Pourtant, le résultat est autre. Des changements physiologiques se produisent en transe : le tonus musculaire, le rythme cardiaque et la pression artérielle diminuent, la respiration devient régulière et lente, le niveau d’hormones du stress baisse. Un état de bien-être est vite atteint sans l’aide de médicaments.

Chacun peut apprendre l’auto-hypnose, mais il faut dix séances avec un thérapeute qualifié. Un enregistrement peut également aider à atteindre une relaxation profonde.

L’hypnose : les différentes phases

L’état d’hypnose est caractérisé par trois phases. Dans la phase d’introduction, le thérapeute dirige l’attention du patient de l’extérieur vers l’intérieur, ce qui suggère un état de relaxation profonde. Cela prend cinq à dix minutes. Pour les états de transe particulièrement profonds, cela peut prendre plus de temps.

Dans la phase de traitement, les attitudes, les expériences et le comportement du patient sont réorientés à l’aide de suggestions ciblées et à l’aide de scènes et de symboles de transe. C’est ici que les pouvoirs propres, pour la plupart cachés, sont éveillés. La phase de traitement peut durer de quelques minutes (hypnose rapide) à plusieurs heures (par exemple lors d’interventions chirurgicales), en fonction de l’objectif thérapeutique.

Dans la phase de réorientation, la transe est soigneusement et complètement éliminée en redirigeant la perception du patient de l’intérieur vers l’extérieur. Cela prend également quelques minutes.